PNEC 2021-2030

Prise de position de l’ALNU et entrevue avec Madame la Ministre Carole Dieschbourg au sujet du Plan National sur l’Énergie et le Climat pour le Luxembourg 2021-2030 (PNEC)

Dans le cadre du Plan d’action national du Luxembourg 2019-2021 sur un Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO), l’engagement numéro 4, dans lequel l’ALNU a été impliqué, concerne le partage des informations sur l’action nationale pour le climat. Un des résultats attendus de cet engagement est la prise en compte des « analyses, prises de position et échanges de la part de la société civile avant la finalisation du plan national intégré en matière d’énergie et de climat (2021-2030) ».

Dans cette optique et dans le contexte de la mise au point du Plan National Intégré en Matière d’Énergie et de Climat pour le Luxembourg 2021-2030 (PNEC), l’ALNU a élaboré une prise de position et a eu une entrevue le 3 mars 2020 à ce sujet avec Madame Carole Dieschbourg, Ministre de l'Environnement, du Climat et du Développement.

Suite à cette entrevue, la prise de position de l’ALNU a été intégrée comme contribution à la consultation publique lancée par le gouvernement luxembourgeois sur le PNEC.

D’un point de vue global, l’ALNU appuie le travail du gouvernement luxembourgeois dans le domaine de la préservation de l’environnement, du climat et du développement durable. Cependant, certains points méritent d’être améliorés / renforcés / clarifiés, afin de s’assurer que le PNEC respecte son engagement auprès des Nations Unies en faveur du développement durable.

  1. Au niveau des secteurs des transports et des ménages, l’ALNU considère que des efforts plus ambitieux doivent être faits, concernant les accises et la taxecarbone, sur la base des recommandations de l’OCDE sur ce sujet.

    ¤ L’ALNU demande un minimum de 30€/tCO2 dès 2021, avec une augmentation de 5€/tCO2 pour 2022.

  2. Le PNEC présente des objectifs ambitieux sur la production d’énergies renouvelables, notamment concernant le photovoltaïque. Cependant le PNEC est peu clair sur la distribution des rôles des différents acteurs luxembourgeois / internationaux sur la mise en application de ces objectifs.

    ¤ L’ALNU demande un éclaircissement sur la répartition de la production pour les différentes catégories d'acteurs

  3. Les prix bas de l’énergie et les faibles taxes au Luxembourg créent des inégalités au niveau de la Grande Région. Une conséquence directe serait une augmentation excessive de la consommation d’électricité du Luxembourg par rapport à ses voisins.

    ¤ L’ALNU demande que le Luxembourg adapte ses prix en électricité à ceux de ses voisins, soit environ 30cts/kWh pour les ménages et environ 18cts/kWh pour les secteurs non-résidentiels.

  4. Une sensibilisation globale est nécessaire sur les effets néfastes des émissions de gaz à effet de serre (GES), notamment pour ceux déjà constatés au niveau des écosystèmes et des espèces.

    ¤ L’ALNU demande à ce que le gouvernement communique plus dans ce sens, avec une simplification des messages

  5. Le Luxembourg doit être attentif aux mesures sociales de compensation, afin que les mesures annoncées n’impactent pas négativement les personnes les plus vulnérables.

    ¤ L’ALNU demande à ce que soit appliquée une nette augmentation du montant de l'allocation et un assouplissement des critères d'allocation pour un périmètre plus large de ménages


    Accéder aux détails de la prise de position de l’ALNU sur le PNEC